Colloque "La Conférence Climat tiendra-t-elle ses promesses ?"

Paris climat - Colloque "La Conférence Climat tiendra-t-elle ses promesses ?"
Unions des conseils économiques et sociaux et du comité économique et social européen.

Intervention de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et Développement international le 23 octobre 2015

"Mesdames et Messieurs les Présidents des conseils économiques et sociaux de France, d’Europe, d’Afrique et de la Francophonie,

Chers Amis,

Je regrette de ne pas pouvoir être physiquement avec vous aujourd’hui pour cette journée de mobilisation et de débats que vous avez souhaité consacrer à la COP21, la conférence de Paris sur le climat. Je veux d’abord vous dire que votre mobilisation est importante pour aboutir à un succès qui est indispensable à Paris. L’accord auquel, je l’espère, nous allons parvenir en décembre, et qui vise vous le savez, à plafonner à 1,5 degré ou à deux degrés la hausse maximum des températures liée aux émissions de gaz à effet de serre, cet accord va engager une transformation profonde de nos économies et de nos sociétés.

Cela implique notamment de développer les énergies renouvelables beaucoup plus rapidement que ce qui a été accompli ces dernières années. Cela implique de cesser d’avoir un recours massif au charbon, de généraliser les modes de transports durables, de revoir nos modes de consommation dans un sens plus responsable et beaucoup d’autres changements qui ne peuvent avoir lieu que si les entreprises, les syndicats, les associations que vous représentez sont pleinement impliqués dans ce changement.

Cette année, j’ai participé à beaucoup de discussion avec des représentants des entreprises, des organisations non-gouvernementales ou des syndicats et cela m’a beaucoup aidé à préparer ma tâche de futur président de la COP21 dans quelques semaines. Ici-même, j’étais présent en septembre lors de la conférence syndicale internationale qui a eu lieu, et j’ai été marqué, à cette occasion, par l’appel lancé pour ce que l’on appelle une transition juste. Je pense que c’est un point essentiel parce que les évolutions liées à la prise en compte du défi climatique ne doivent pas se faire au détriment d’une partie des salariés. Beaucoup auront besoin d’être accompagnés et soutenus, et c’est un point sur lequel il faudra insister dans le texte de la conférence de Paris.

Vous allez ouvrir cette journée par une table ronde qui porte sur la question suivante : quelles sont les attentes vis-à-vis de la COP21 ? Ces attentes sont extrêmement grandes. Lorsque l’on me demande d’expliquer pourquoi cette conférence de Paris est si importante, je réponds en disant que l’enjeu est vital. Vital au sens propre de ce terme car c’est la vie-même de la planète, celle des espèces, la nôtre qui est en jeu et non pas dans cinquante ans mais dès maintenant. C’est vital aussi parce que de la solution à cette question dépendront les solutions à la plupart des autres questions qui sont posées. On ne peut pas dire qu’il y a d’un côté le climat et de l’autre le développement, c’est la même chose. D’un côté le climat et de l’autre la question de l’égalité entre les hommes et les femmes, si on réfléchit bien c’est la même chose. D’un côté le climat et de l’autre la justice sociale, la santé publique, c’est la même chose. Et même, je considère que peut-être c’est la principale question posée par cette question du dérèglement climatique, c’est en fin de compte la sécurité et finalement la paix. C’est ce qui rend absolument indispensable un accord ambitieux à Paris.

Pour cela je vous le disais, nous avons besoin de la mobilisation de tous. Bien sûr, celle des chefs d’État et de gouvernement que nous avons invités à donner une impulsion politique lors du premier jour de la conférence qui sera le 30 novembre. Mais nous avons bien sûr également besoin de l’implication des ministres et des négociateurs ainsi que de l’ensemble des acteurs non-étatiques, c’est-à-dire les dirigeants des villes, des régions, des entreprises, des ONG et des syndicats. Tous peuvent et doivent même être des acteurs du changement. Beaucoup le sont, beaucoup sont même en avance sans doute sur les gouvernements et peuvent les inciter à aller plus loin et plus vite. La société civile sera donc au coeur de la COP21, la conférence de Paris. D’ailleurs, un espace à proximité immédiate du centre de conférence sera mis à disposition et j’inviterai plusieurs de ses représentants à s’adresser directement aux ministres lors de la réunion préparatoire que je vais organiser entre le 8 et le 10 novembre à Paris, ce que l’on appelle une pré-COP avec 80 ou 100 ministres.

Je vous invite donc dans toute cette période, à faire entendre votre voix qui est celle de l’ambition auprès de vos gouvernements et celle de l’engagement auprès des membres des groupes que vous représentez.

Je vous souhaite une excellente conférence et pour beaucoup d’entre vous, je vous donne rendez-vous à Paris au mois de décembre pour ce que j’espère, pour ce que nous espérons tous être un grand succès de la COP21.

Merci."

Lire la déclaration finale des présidents d’unions des conseils économiques et sociaux et du comité économique et social européen

Dernière modification : 26/06/2017

Haut de page