Consignes en cas de catastrophe naturelle

1 – Plan de sécurité de l’Ambassade de France à San José

Tout ressortissant français présent à l’étranger peut solliciter l’assistance des autorités consulaires françaises dans son pays de résidence. En cas de crise grave, l’aide accordée s’inscrit dans le cadre général d’un plan de sécurité de la communauté française, établi et tenu à jour par les services de l’ambassade. Le dispositif d’îlotage est un élément central des relations entre l’ambassade et les ressortissants français résidents. Il fait l’objet d’une actualisation en continu. Il joue un rôle déterminant en cas d’activation du plan de sécurité en situation de crise.

Désigné, sur la base du volontariat, par l’ambassadeur, le chef d’îlot est au cœur du dispositif de l’ilotage. Il est responsable de ressortissants français, régulièrement inscrits sur le Registre des Français établis hors de France, et qui résident dans son îlot. Toutefois, sa responsabilité individuelle ne peut être engagée dans l’exercice de sa fonction en cas de contentieux. Sauf exception, il est de nationalité française et doit être inscrit au Registre des Français établis hors de France.

Lors de la procédure d’inscription au Registre des Français établis hors de France, chaque résident est informé par les services consulaires de son inscription dans un îlot géographique. Les informations relatives à l’identité et les coordonnées de son chef d’îlot et de son ou ses adjoints lui sont remis. Il est également informé de la communication de ses coordonnées au chef d’îlot. Il est donc de la responsabilité de chaque ressortissant d’informer les services consulaires de tout changement de situation familiale, d’adresse ou de numéro de téléphone. Il peut également en informer directement son chef d’ilot qui dispose d’une liste des Français inscrits dans son ilot. Cette liste, confidentielle, ne peut être utilisée qu’à des fins de sécurité et sur instruction de l’ambassadeur. Le chef d’îlot, une fois nommé, se signale aux ressortissants français de son îlot afin de se présenter et se faire connaître.
Les services consulaires procèdent régulièrement, avec le soutien des chefs d’îlot, à une mise à jour régulière des adresses et des numéros de téléphone des ressortissants inscrits.

Pour connaître votre chef d’îlot  : reportez-vous au courrier que vous a adressé la section consulaire à l’issue de votre inscription au Registre OU téléchargez votre relevé intégral d’inscription au Registre via votre compte sur service-public.fr OU contactez la section consulaire de l’Ambassade de France à San José.

Le Costa Rica et le Nicaragua sont des pays exposés aux risques de catastrophes naturelles tels que tremblements de terre, raz de marée, inondations, glissements de terrain, éruptions volcaniques.

L’inscription consulaire vous permettra de recevoir par courriel des informations en matière de sécurité (manifestations, etc…), ainsi que d’être pris en compte dans le plan de sécurité de la communauté française.

D’une manière générale, les principales informations et recommandations concernant la sécurité au Costa Rica et Nicaragua sont disponibles sur le site « Conseils aux voyageurs » du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

En cas de catastrophe naturelle, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches, ainsi qu’avec leur chef d’îlot, afin de les informer de leur situation.

2 - Consignes à suivre en prévision d’une catastrophe naturelle :

2.1 Constituer un stock :

Afin de se préparer à toutes les éventualités, l’ambassade conseille à chacun de constituer à son domicile un stock de vivres et de matériels qui pourrait être, par exemple, le suivant par ordre d’importance :

a) Indispensable :

- eau potable pour 2 à 3 semaines (compter un litre par jour par personne)
- vivres, pour 2 à 3 semaines (constituer des rations individuelles facilement transportables pour 2 ou 3 jours)
- couvertures, vêtements de pluies, vêtements chauds...
- récepteur radio portatif avec piles de rechange.
- trousse de premiers soins
- lampe de poche avec piles de rechange

b) Conseillé :

- boîte à outils (clef à molette, masse, marteau, clous , tenailles, pinces, couteaux...)
- réchaud à gaz ou à alcool solidifié de camping, charbon de bois...
- allumettes, briquets
- cordes de 8 à 20 mètres de long

c) Éventuellement :

- extincteur en état de marche
- échelle
- eau à usage ménager pour quelques jours
- récipients (seau, bassine, poche en plastique de 5 à 20 litres de contenance...)
- bâches en plastiques de 10 à 25 m2

2.2 Tenir à jour un carnet d’adresses et de téléphones (chef d’îlot, adjoints, famille, proches, pompiers, police, Commission Nationale d’Urgence, Croix Rouge, médecins, hôpitaux, compagnies des eaux, d’électricité, du téléphone, etc.). Il est impératif de connaître l’identité de son chef d’îlot et sa localisation géographique. Afficher l’information en lieu visible (sur son réfrigérateur par exemple).

2.3 Détenir de l’argent liquide en colons/córdobas (voire en US dollar).

2.4 Tenir prêt dans un sac imperméable ses documents d’identité, de voyage, de vaccination, de santé et une photocopie de chaque document.

2.5 Connaître les modes d’emploi des différents coupe-circuit des réseaux d’eau, de gaz, d’électricité.

2.6 Se préparer à l’éventualité d’avoir à quitter son domicile précipitamment et à vous loger chez des proches ou dans un centre de regroupement. Il faut donc tenir toujours prêt à son domicile le bagage adéquat avec quelques vêtements contre le froid, la pluie.

2.7 Certaines catastrophes naturelles peuvent être anticipées. C’est souvent le cas des ouragans, inondations, glissements de terrain et éruption volcaniques. Il faut être à l’écoute des médias (journaux, radios, télévision) et s’informer régulièrement des prévisions météorologiques.

2.8 En cas de regroupement en vue d’évacuation aérienne ou portuaire, il est souhaitable de se munir de vivres et d’eau potable pour 48 heures au moins, de couvertures et de vêtements contre le froid et la pluie, d’un matériel de campement de base, d’une pharmacie d’urgence, d’une valise contenant les effets et les documents que vous souhaitez absolument emporter (20 kg maximum) .

2.9 Carburant : veiller à toujours garder au minimum la moitié du réservoir de carburant de son véhicule

3 - Consignes à suivre en cas de séisme :

3.1 Pendant le séisme

a) à l’intérieur :
Sortir si possible, s’éloigner des fenêtres, des murs extérieurs, de tout meuble, tableau, luminaire susceptibles de se renverser ; s’abriter sous une table solide ou tout meuble résistant ou rester debout sous un encadrement de porte si vous estimez le linteau suffisamment solide. (généralement le cas des maisons construites après 1950). Privilégier le principe du "triangle de vie" (s’allonger par exemple le long d’un lit).

b) à l’extérieur :
S’efforcer d’atteindre un espace libre, loin des arbres, poteaux électriques, murs ou bâtiments suffisamment solides. En voiture, s’arrêter au bord de la route et attendre à l’intérieur la fin de secousses.

Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire.

Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

3.2 Après le séisme :

- se protéger des risques consécutifs au séisme (éclats de verre, éboulements, fils électriques, conduits de gaz).
- vérifier les blessures, donner les premiers soins.
- recenser les dommages : conduite de gaz, d’eau usagée, d’eau potable, circuit électrique, état du bâtiment.
- recenser les produits dangereux et l’état de leur contenant.
- écouter la radio.
- prendre contact avec vos proches pour s’enquérir de leur situation.
- faire une évaluation de vos besoins et des besoins de vos proches
- prendre contact avec le chef d’îlot de votre zone pour l’informer de votre situation et celle de vos proches.

Consulter les renseignements utiles et numéros d’urgence

Dernière modification : 08/01/2018

Haut de page