La France prend la présidence du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert

Paris accueillera le 4ème Sommet du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert en décembre prochain.

Communication du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international et du Secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat et de la Simplification

Le Ministre des Affaires étrangères et du Développement international et le secrétaire d’État chargé de la Réforme de l’État et de la Simplification, ont présenté aujourd’hui une communication relative au Partenariat pour un Gouvernement Ouvert.

Initiative multilatérale inédite, le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert rassemble des représentants des 70 États membres et de la société civile, qui souhaitent s’engager en faveur de la transparence de l’action publique et d’une meilleure association des citoyens à la prise de décision, en tirant tout le profit de l’innovation numérique.

Membre du Partenariat depuis 2014, la France en a pris la présidence le 20 septembre dernier, en marge de la 71e Assemblée générale des Nations Unies à New York, à la suite de l’Afrique du Sud, aux côtés de l’organisation World Resources Institute, spécialisée dans le développement durable et la lutte contre le changement climatique.

A New York, le Président de la République a annoncé les trois grandes priorités de cette coprésidence : le climat et le développement durable ; la transparence, l’intégrité et la lutte contre la corruption ; les biens communs numériques. La France s’attachera également à l’ouverture du Partenariat à de nouveaux acteurs non étatiques (collectivités locales, parlements, secteur privé). Nous rechercherons enfin l’élargissement du Partenariat à de nouveaux membres, en particulier aux grands partenaires qui n’en font pas encore partie et aux pays de la francophonie.

La France accueillera le 4e Sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert, à Paris, du 7 au 9 décembre. En vue de ce sommet, nous avons engagé plusieurs actions visant à renforcer la mobilisation autour des objectifs du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert.
Au plan international, plusieurs événements sont prévus pour préparer le sommet et permettre une meilleure prise en compte des objectifs du Partenariat dans les autres forums multilatéraux tels que la COP22 à Marrakech ; Sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie, en novembre. Comme l’a montré la COP21, la transparence, l’ouverture des données et la consultation citoyenne sont des outils clés pour relever les défis globaux.

En France, plusieurs opérations « Ministères Ouverts » ont été ou vont être organisées : au Secrétariat d’État chargé de la Réforme de l’État et de la Simplification avec la co-élaboration avec la société civile du programme du Sommet mondial ; au Quai d’Orsay, à l’occasion de la Semaine des Ambassadeurs ; également en régions comme à Dijon, le 29 septembre, avec Annick GIRARDIN et Estelle GRELIER, auprès de nos partenaires des collectivités territoriales ; au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le mois prochain, avec Thierry MANDON. D’autres événements porteront le message du gouvernement ouvert : le forum organisé à la Bellevilloise avec Axelle LEMAIRE, la Semaine de l’Innovation Publique, un rendez-vous à l’Académie Diplomatique Internationale, mais aussi des journées de contribution numérique, dont l’une vient de se dérouler au Civic Hall de New York, une autre à venir à l’Assemblée nationale, avant celle prévue pendant le Sommet mondial lui-même.

L’enjeu majeur du Sommet de Paris est de démontrer que le gouvernement ouvert a un impact très concret sur la vie des citoyens et sur la manière dont la démocratie fonctionne. Il rassemblera en un même lieu plusieurs milliers de participants, représentants des États, des parlements, des collectivités locales, des ONG, du secteur privé.

Au-delà d’une déclaration politique, nous souhaitons que ce Sommet aboutisse au lancement, par des groupes d’États membres et de partenaires de la société civile, d’actions déclinant de manière très concrète ces grandes priorités. La France montrera l’exemple, en matière notamment de transparence de la vie économique ou encore d’utilisation des données d’entreprises au service du développement. Lors de ce Sommet, un outil sera également mis à disposition de tous les réformateurs : un catalogue mondial des ressources qui permettent d’ouvrir et de partager la décision publique.

Un an après l’accord de Paris sur le climat, nous souhaitons faire du sommet de décembre le rendez-vous mondial de tous ceux qui souhaitent transformer l’action publique et revitaliser la démocratie.

Dernière modification : 07/10/2016

Haut de page