Revue de la presse costaricienne et actualités françaises au Costa Rica du 24 au 30 mars 2017

Affaires intérieures : suspicion de corruption à l’Infocoop, primaires au PLN, action du Tribunal environnemental. Affaires extérieures : OCDE, Sommet Tuxtla, lutte contre la criminalité internationale.

NB : Cette revue de presse est le reflet d’articles parus dans les journaux costariciens. Elle ne saurait engager en aucune manière les autorités françaises.

JPEG

Photo : Archivo La Nación

Politique intérieure

Elections

Suspicion de corruption à l’Infocoop. Plusieurs membres de l’Instituto Nacional de Fomento Cooperativo (Infocoop, organisme gouvernemental de promotion des coopératives costariciennes), ont été arrêtés le 28 mars pour détournement de fonds publics, enrichissement illicite et corruption. Les autorités costariciennes estiment que l’organisme aurait perdu près de 9 milliards de colons (plus de 15 M€) suite aux agissements des accusés. Le gouvernement a instauré dès début mars un bureau exécutif intérimaire, également chargé d’évaluer l’ampleur de la situation. Parmi les suspects figure Freddy González Rojas, proche de l’un des deux favoris aux primaires du PLN (2 avril), Antonio Alvarez Desanti. CR Hoy, 28/03 ; La Nación, Diario Extra, 29/03

Convention du PLN dimanche 2 avril : Antonio Álvarez Desanti et José María Figueres Olsen favoris. D’après les sondages et analyses des spécialistes, l’ancien président José María Figueres Olsen et le député Antonio Álvarez Desanti sont les deux candidats qui auraient la plus grande probabilité de remporter les primaires du Partido Liberación Nacional dimanche 2 avril et de représenter le parti lors des élections présidentielles de février 2018. Les électeurs qui souhaitent participer à ces primaires doivent signer leur bulletin adhésion au PLN le jour du vote. 2,4 millions d’électeurs sont attendus ce dimanche. A noter que plus de 70 % des électeurs disent n’être sympathisants d’aucun parti. Ensemble de la presse et de la semaine.

Environnement

Entreprise costaricienne productrice d’ananas prête à réparer les dommages causés à l’environnement. Les riverains avaient dénoncé l’entreprise en 2015 au Tribunal environnemental administratif du ministère de l’Environnement et de l’Énergie. Après négociation entre les représentants des communautés locales et de la société agricole, cette dernière a accepté de se retirer des zones protégées et de les reboiser. La Nación, 30/03

Économie

Succès des jeux-vidéos made in Costa Rica à l’étranger. Les jeux vidéos costariciens gagnent du terrain au sein des principaux marchés étrangers (États-Unis, Canada, zone Europe et Japon). Bien que la Banque Centrale costaricienne ne chiffre pas spécifiquement l’évolution des exportations de jeux-vidéos, celles-ci sont comptabilisées au chapitre « Télécommunication, information et informatique ». Ce dernier a enregistré une augmentation de 13 % en 2016 par rapport à l’année précédente, pour atteindre 786 MUSD de recettes. La República, 29/03

Culture et éducation

Les sphères précolombiennes en un clic. Le Museo Nacional de Costa Rica vient de mettre en place un nouveau site internet, Diquís (http://www.diquis.go.cr/es/), afin de diffuser au plus grand nombre des informations historiques et touristiques sur l’histoire du delta du même nom (à Osa, Puntarenas, au sud du pays). La région est devenue célèbre lors de la découverte de sphères datant de l’époque précolombienne, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2014. La Nación, 28/03

Le bac pour tous. Le Ministère de l’Éducation Publique (MEP) costaricien a présenté lundi 27 mars, un projet de réforme afin de faciliter l’accès au baccalauréat aux étudiants en difficulté. Le programme « Bachillerato a tu medida » se destine ainsi aux étudiants qui n’auraient pas validé l’une des six matières requises après deux tentatives. Cette nouvelle mesure s’adresse plus particulièrement aux personnes qui ont un emploi et/ou ont une famille à charge. La Nación, 28/03 ; Diario Extra, 28/03 ; La República, 28/03

Politique extérieure

Diplomatie

Tribune du chancelier Manuel A. González Sanz pour un monde sans arme nucléaire dans l’édition de La Nación (25/03). Le chancelier s’y réjouit de la nomination de l’ambassadrice Elayne Whyte Gómez, représentante du Costa Rica au siège genevois des Nations Unies, comme présidente de la future Conférence de négociations pour un traité d’interdiction des armes nucléaires conduisant à leur élimination totale. Le Costa Rica est depuis longtemps un fervent défenseur d’un monde sans arme (le pays n’a plus d’armée depuis 1949), a fortiori nucléaires. La Nación, 25/03

Conséquences de la politique migratoire de Trump au cœur des discussions du Sommet Tuxtla Gutiérrez 2017. Le Costa Rica a accueilli, les 28 et 29 mars à San José, le 16ème Sommet des Chefs d’États du Mécanisme de Dialogue et de Concertation de Tuxtla Gutiérrez. Ce forum, nommé d’après la ville mexicaine qui a accueilli sa première réunion, rassemble les pays d’Amérique centrale, le Mexique, la Colombie et la République Dominicaine. Étaient présents, en plus du président costaricien Luis Guillermo Solís, les présidents du Mexique (Enrique Peña Nieto), de la Colombie (Juan Manuel Santos), du Guatemala (Jimmy Morales), du Panama (Juan Carlos Varela), ainsi que des délégations du Salvador, du Nicaragua, du Honduras, du Belize et de la République Dominicaine. Les participants ont évoqué les conséquences régionales de l’arrivée au pouvoir, aux États-Unis, de l’administration Trump, notamment vis-à-vis de l’immigration. La déclaration finale du Sommet réitère la solidarité régionale entre les membres et le rejet de toute forme de discrimination. Le prochain sommet aura lieu en Honduras en 2019. La Nación, 29/03 et 30/03

Venezuela / OEA. Lors de la réunion extraordinaire de l’Organisation des États Américains du 28 mars, l’ambassadeur du Costa Rica, Rogelio Sotela, n’a pas évoqué la potentielle suspension du Venezuela de celle-ci. Toutefois, il a exprimé de vives préoccupations quant à la détérioration des conditions sanitaires et alimentaires au Venezuela et a demandé la libération des prisonniers politiques de ce pays. Historiquement, seulement deux États ont été suspendus de l’OEA : Cuba, expulsé en 1962 et le Honduras, suspendu durant une courte période suite au coup d’État de 2009. Deux tiers des 34 pays doivent soutenir une mesure de suspension pour que celle-ci soit adoptée. Caracas dénonce une manœuvre de la part des États-Unis et annonce l’organisation prochaine d’un débat national sur l’intérêt du pays à rester membre de l’OEA. Diario Extra, 29/03 ; La Nación, 30/03

Économie

L’adhésion du Costa Rica à l’OCDE pourrait être ralentie par le Parlement costaricien. En effet, certaines réformes suggérées par l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), telles que celles concernant l’emploi public, la concurrence ou le secteur bancaire, nécessitent l’approbation du Congrès. Pour l’instant, le processus d’adhésion semble suivre le calendrier initial : les comités « commerce » et « santé » ont déjà été approuvés et plus globalement, 5 des 22 comités devraient être approuvés d’ici juin 2017. Ce projet d’adhésion, initié en 2015, est porté par le ministre du Commerce Extérieur, Alexander Mora. La Nación, 27/03 ; El Financiero, 27/03

Criminalité internationale

Lutte contre le narcotrafic. La coopération entre les autorités colombiennes, équatoriennes et costariciennes a permis, avec le soutien de la DEA (Drug Enforcement Administration) étasunienne, la saisie de plus de 2700 kg de cocaïne alors que deux embarcations empruntaient l’une des « routes maritimes de la drogue » qui traversent les eaux territoriales du Costa Rica et de l’Équateur pour remonter vers le nord. L’une des saisies s’est déroulée dans les eaux costariciennes, près de l’Île Coco. Cette route est empruntée par les narcotrafiquants pour contourner la police costaricienne, laquelle n’a pas les moyens techniques et humains de maintenir une présence en haute mer. Concomitamment, un nouveau radar est installé sur l’Île du Coco pour renforcer les contrôles en matière de lutte contre le narcotrafic, mais aussi contre la pêche illégale et le trafic d’êtres humains. Diario Extra, 25-26/03

Arrestation au Costa Rica d’un supposé terroriste somalien en route vers les États-Unis. Chargés de relever les empreintes digitales de tous les migrants africains entrant sur le territoire national en provenance du Panama, les autorités costariciennes ont arrêté l’individu après avoir croisé ses empreintes avec la base de données de l’ICE étasunienne (Agence de contrôle de l’immigration et des douanes). Le ministre de la Sécurité costaricien, Gustavo Mata, a salué l’efficacité du contrôle migratoire du pays. La Nación, 24/03 ; Diario Extra, 24/03

Actualités françaises au Costa Rica

Articles consacrés à la France et à l’Union européenne

Coopération scientifique : première rencontre franco-costaricienne de psychiatrie et de psychanalyse. Du 23 au 25 mars, psychiatres et psychanalystes français et costariciens se sont réunis à la Ciudad de la investigación de l’Université du Costa Rica (UCR). Cet événement fut inauguré par la seconde vice-présidente du Costa Rica, Ana Helena Chacón, l’ambassadeur de France, Thierry Vankerk-Hoven, et le recteur de l’UCR, Henning Jensen. Reportage complet et interviews de spécialistes dans le Semanario Universidad (29/03).

L’UE célèbre les 60 ans des Traités de Rome en pleine tempête. Semanario Universidad (29/03) consacre un reportage/éditorial à l’état de l’UE en 2017. 60 ans après la signature des Traités de Rome qui a donné naissance à l’Union européenne, les 27 chefs d’États et de gouvernements de l’Union (en l’absence du Royaume-Uni) se sont réunis dans la capitale italienne pour évoquer les acquis ainsi que les défis actuels et futurs de l’UE – et ils sont nombreux : Brexit, désamour des opinions publiques et montée du populisme, morosité économique, nouveau contexte géopolitique mondial…

Cinéma. Dans le cadre de la Semaine de la Francophonie, l’Alliance française et le Combai Mercado Urbano ont présenté un ensemble de films intitulé « Directoras : La segunda ola ». Les films « Respire » (2013), de Mélanie Laurent et « Suzanne » (2012), de Katel Quillévéré, ont notamment été projetés pour ce tribut aux grandes cinéastes françaises. A l’affiche en ce moment également, le film français « Un sac de billes » (2017), de Christian Duguay. La Nación, 24/03

Quinzaine de la Francophonie 2017

Programme Vendredi cinéphile à l’Alliance Française. 18h Barrio Amon, entrée libre.
Vendredi 31 mars : 2 ou 3 choses que je sais d’elle (1967), de Jean-Luc Godard,
Festival du cinéma francophone 2017. Dans le cadre de la Quinzaine de la Francophonie, le cinéma Magaly accueille les projections de nombreux films en langue française (sous-titrée en espagnol). Tous les soirs, du 29 mars au 4 avril, à 20h30.
Café-débat sur le thème de la Francophonie au Cocorico Verde, de 17h30 à 18h30, vendredi 31 mars.

Reprises de dépêches d’agences de presse

Londres active le processus de sortie de l’UE, AFP, La Nación, 29/03
Le compte à rebours est lancé pour la sortie des Britanniques de l’UE, AFP, La Nación, 30/03
Londres et Bruxelles évaluent le coût du « Brexit », AFP, La Nación, 30/03
Les 27 renouvellent leur confiance dans l’UE, AFP, La Nación, 26/03
L’UE rendra la viande avariée au Brésil, AFP, La Nación, 25/03

Vie associative

Le cycle de ciné-débat organisé par les associations Amigos de Francia et Fdm-Adfe reprend à partir de lundi 3 avril 2017. L’entrée est gratuite.
Le premier film, Le Bouton de Nacre, du cinéaste chilien Patricio Guzmán (en espagnol, sous-titré en français), sera présenté ce lundi 3 avril à 19 heures à l’Auditorio 290, de l’École de Biologie de l’Universidad de Costa Rica à San Pedro de Montes de Oca. Plus d’informations sur la page FB de l’évènement.

Rédactrice : Julie Bouffety

Dernière modification : 23/06/2017

Haut de page